Hannah / Mélo (J. Debronckart)

Hannah, Hannah, life is Hannah-dventure,
Just a lark, let’s make some coffee – dark!
Oh Annie, with your destiny,
Go see Fellini, you’re ready to embark.
With yours, Yuri, you’re in trouble
But let’s have a drink and don’t burst your bubble,
With your bad times we’ll make bad rhymes
Let’s hear nickels and dimes’ sweet chime

Darling, darling, we’re all listening
But down, up, right, left, look your children have left
After some wrong turns, they’ll return
And untie their laces with tears on their faces
« If I had known!… » If you had known, you’d done just the same
That’s the name of the game.
But don’t break your heart, it’s a crime,
It could be useful anytime.

All hail, Harry, that’s wizardry
Can you give us smooth skins and make bodies lean?
Heron, Herring, our clock’s turning,
Coming up for air with a lot of grey hair
Poor hero, you Earl of Sandwich,
Still at the table where you didn’t get rich!
Alas, Alas, bad luck will pass
Three kings, two aces, do the math.

Hannah, Hannah, this life’s melodrama
Is silly – let’s not take it too seriously,
Idols, adored, bastards, abhorred,
Luckily we’re both, we’re two pieces of cloth
Hannah, Hannah, water’s boiling!
Your coffee’s coming, it’s five in the morning
Being entangled helps to mend,
And Hosannah for happy ends!


Mélo, Mélo, la vie est un
Mélo sur le feu, fais-nous du café fort
Méli, Méli, avec ta vie
Va voir Fellini, tiens, voilà ton passeport
Avec la tienne, la tienne Étienne
Pleure pas dans ton verre, on écrira des vers
Avec tes maux on f’ra des mots
Tu riras de ta jambe de bois

Ma loute, ma loute, tout le monde t’écoute
Prends-en ton parti tes enfants sont partis
Ils reviendront à leur saison
À leur tour en pleurs te diront leurs malheurs
« Si j’avais su !…» Si t’avais su, t’aurais fait pareil,
Nous casse pas les oreilles !
Et puis, ma soeur, casse pas ton coeur,
Il peut resservir à toute heure

Merlot, Merlin, change l’eau en vin
Change en velouté nos vieilles peaux ridées
Merli, Merlan, poil gris, poil blanc
Rends-nous vieux brigand nos tignasses de vingt ans
Melba, Melba toujours la pêche !
70 carats et toujours sur la brèche
Mélasse, Mélasse, la poisse ça passe
Tout finit par un carré d’as

Mélo, Mélo, la vie est un mélo
Ne la prenons pas trop au sérieux
Héros, bénis, salauds, punis,
On est l’un et l’autre et c’est cent fois tant mieux
Mélo, mélo, l’eau bout, l’eau bout !
Ça vient ton café, il est cinq heures sonnées
On s’est mêlé jusqu’au matin
Tous les mélos finissent bien !


(Impossible de trouver un enregistrement non corrompu de cette chanson sur internet. En voilà une version.)

Blue / Bleu (A. Sylvestre)

They are of a single color
Blue
It is not the blue of heaven
But they could be
Be mistaken for some angels,
A little disgraced and fallen,
Because of their very strange look
Ringed in blue.
Very peculiar is their tenderness
And if
You fall for it, they will leave you
Covered in bruises
They are burning all silently,
Or sometimes they laugh about it,
They are very open to mock
Their own passions.

But when it really swirls too fast
When it’s too much to be 15
To not be waiting for someone
To love strongly oh, but in vain
Oh, but in vain
They draw on themselves with blue ink
A few tears as
A joke

La la lala

They are of a precise color
That blue
Many others disguise themselves
But they do not
They mistreat it and they fade it,
They wear it beyond season trends
Despising fashion and knowing
That they are right.
They are of the color of waves,
Or better
Of these cornflowers which flourish
On the blue paths
Amid the fields too well-behaved
Forgotten by the weed-killer
They are the fierce wild shoot braving
The bad weather

But when it is shaking too strong
When it’s too much to be 13
And knocking one’s heart on the cage
When growing up takes too much time
Way too much time
They draw on themselves with blue ink
A few tears as
A joke

La la lala

If Love already runs to seed
In them
It is a rampart against hate
Against fire
When I see them, I always hope
They will not be crushed by the mill
And hope that their seeds in the soil
Will tomorrow
Will make a world as big as them
Where blue
And red and green, without a crack,
Will live in joy
And even if sometimes they doubt,
Their heart too heavy to carry,
I say, seeing them on their way
Having the blue:

« Do not turn down your tenderness
‘Cause someday it will keep you warm
It is for Love that time is pressing
Even if it’s a bit too early
A bit too early
Or if some tears fall on the blue
Some tears,
A few.

La la lala

A few. »


Ils sont d’une couleur unique
Le bleu,
Ce n’est pas le bleu angélique
Mais pour un peu
On les prendrait bien pour des anges
Un peu déchus, un peu tombés
Tant ils ont le regard étrange
De bleu cerné
Bien curieuse est leur tendresse
Pour peu
Qu’on s’y abandonne, ils vous laissent
Couverts de bleus
Ils brûlent en ne voulant le dire
Ou seulement par dérision
Ils sont les premiers à sourire
De leurs passions
Mais quand trop fort ça tourbillonne
Quand c’en est trop d’avoir quinze ans
Trop dur de n’attendre personne
D’aimer si fort, sans rien dedans
Sans rien dedans
Ils se dessinent à l’encre bleue
Des larmes
Par jeu

Ils sont d’une couleur précise
Ce bleu
Par quoi tant d’autres se déguisent
Oui, mais pas eux
Ils le malmènent, ils le délavent
Le portent au-delà des saisons
En piétinant la mode, ils savent
Qu’ils ont raison
Ils sont de la couleur des vagues
Ou mieux
De ces bleuets qui se divaguent
Au chemin bleu
Au milieu des champs bien trop sages
Oubliés par le désherbant
Ils sont cette traînée sauvage
Bravant le temps
Mais quand trop fort ça déménage
Quand c’en est trop d’avoir treize ans
De cogner son cœur à la cage
Et quand grandir met trop de temps
Trop de temps
Ils se dessinent à l’encre bleue
Des larmes
Par jeu

La la la la

Si l’amour déjà monte en graine
Chez eux
C’est un rempart contre la haine
Contre le feu
En les voyant toujours j’espère
Qu’ils n’iront pas jusqu’au moulin
Et que leurs graines dans la terre
Feront demain,
Feront un monde à leur mesure
Où bleu
Et rouge et vert et sans fêlure
Vivront heureux
Et même si parfois ils doutent
Si leur cœur est trop lourd pour eux
Je leur dis, voyant sur la route
Qu’ils ont le bleu

Ne boudez pas votre tendresse
Il se peut qu’elle vous tienne chaud
C’est pour aimer que le temps presse
Même si c’est un peu trop tôt
Un peu trop tôt
Même si tombent sur le bleu
Des larmes
C’est peu

La la la la

C’est peu

Saint Max (A. Leprest)

Blood for blood, mouth-to-mouth,
As you fuck, place your bets
Future’s a nigger and not with vinegar
Are caught flying carpets.

Life is but a blind train
Where passengers bellow
From behind the curtain
Beefs, brothers, my fellows
It’s time for us to moo!

Chorus:
Thus spoke Saint Max raising
His sax up to his lips
In a terrace showdown
To a couple of beers
Where Saint Michel knock downs
A demon made of stone.

It’s easy to go far
But leaving makes a whine
We’ll need to drink some more
Before sailing offshore
In a glass of cheap wine

It’s already too late
To name a book Macbeth
It is still to early
To compose Ulysses –
Genius is a strange thing…

Chorus.

Bridges herding as sheep,
Near the arch in the fog
Floats some hydrocarbon
In your cars, everyone!
For Paris is a frog.

My girl sure has dark skin
And if Donald Trumpkin
Does not wage war on Mars
Before the sun rises
She’ll be multicolor.

Chorus.

I’m ok, but the Earth
I believe its tooth hurts
It has lost its toothpick
In the glove compartment
Of charity gimmicks.

When one sleeps, one gets old
For me things will be fine
When I’ll be a bass-line
When I’ll be a jazz lick
Among God-made music!

Thus slept Saint Max away
While still riding his sax
In a terrace showdown
To a couple of beers
Where Saint Michel knocks down
A demon made of stone.


Œil pour œil, bouche à bouche
Comme on baise, on se couche
L’avenir est un nègre
Et c’est pas au vinaigre
Qu’on prend les bateaux mouches

Vivre est un train aveugle
Et ses voyageurs beuglent
Dans les wagons de queue
Hé, mes frères les bœufs
Il serait temps qu’on meugle !

Refrain:
Ainsi parla Saint Max
En embouchant son sax
A deux ou trois terrasses
A trois ou quatre bières
D’où saint Michel terrasse
Un grand diable de pierre

C’est facile d’aller loin
C’est partir qu’est pas rien
Y a du vin sur la planche
Pour traverser la Manche
Dans un verre de rouquin

Il est déjà trop tard
Pour s’appeler Mozart
Il est encore trop tôt
Pour s’appeler Artaud
Le génie, c’est bizarre

Refrain

Les ponts vont au troupeau
Et sous le Mirabeau
Coulent des hydrocarbures
Tout le monde en voiture
Paris est un crapaud

Elle est bronzée ma belle
Si Jean-Marie Martel
Arrête pas les Martiens
Avant demain matin
Elle sera arc-en-ciel

Refrain

Moi ça va, c’est la Terre
Qu’a mal à sa molaire
Qu’a perdu son cure-dent
Au fond d’la boîte à gants
Des causes humanitaires

Quand on dort, on est vieux
Pour moi ça gaz’ra mieux
Quand j’s’rai dev’nu du gaz
Quand j’s’rai dev’nu du jazz
Dans le sax du bon Dieu

Ainsi s’endormit Max
A cheval sur son sax
A deux ou trois terrasses
A trois ou quatre bières
D’où saint Michel terrasse
Un grand diable de pierre

Bohemian love life / Petite bohème d’amour (L. Martin)

There, where I once lived
We had some sunlight
Hung at the window
And a garden in the gutter
A mirror for the wind and my smile for the charm
My lover, who cares about winter in your arms?

There, where I once lived
I wrote many songs that
You didn’t listen to
Betrayed by your lost gaze,
And I made fun of you
A very modest fare would make an happy feast
And tender avowals would keep us warm at least

There, where I once lived
Yesterday was blurry,
Tomorrow was blinder
And between dusk and dawn, we did like each other
But sweetness doesn’t last in times with no intent
I woke up feeling all dizzy and impatient

There, where I once lived
My fragile Boheme life would make up excuses
Your useless lies would cut the head off my muses
While fear was dancing to our long hesitations
Candour was withering and stumbling was reason

There, where I once lived
I invented springtimes that we would never see
But it didn’t matter, I knew it already
‘Cause we barely had space for a bed and a sink
Maybe we could have done a better job, I think


Là où je vivais, y avait du soleil accroché aux fenêtres
Et un jardin dans la gouttière
Un miroir pour le vent mon sourire pour te plaire
Dans tes bras mon amant j’oubliais l’hiver

Là où je vivais j’écrivais des chansons que tu n’écoutais pas
Tes yeux te trahissaient et je riais de toi
Nous partagions heureux quelques fleurs de la mer
Arrosant nos aveux de ce doux vin de lierre

Là où je vivais, hier devenait flou demain ne voyait rien
Et entre chien et loup je crois qu’on s’aimait bien
Mais ces temps incertains n’étaient doux qu’un instant
Le vertige au matin m’étreignait impatient

Là où je vivais ma bohème fragile se protégeait d’excuses
Tes mensonges inutiles décapitaient mes muses
Et nos hésitations faisaient valser la peur
Trébucher la raison et faner la candeur

Là où je vivais j’inventais des printemps que nous ne verrions pas
C’était sans importance je le savais déjà
Car nous avions à peine de la place pour deux
Parfois j’ai cru quand même qu’on aurait pu faire mieux

My girl / Ma môme (J. Ferrat)

My girl never puts on an act
I know it for a fact
That she’s sincere
She doesn’t pose for magasines
She works in warehouses
Near the piers

In a shabby Brooklyn palace
We rent a furnished place
Nice and tiny
It’s more so-and-so than Soho
But look by the window,
The city

We don’t go to Upstate mansions
We spend our vacations
In the Queens
She has an aunt in Kentucky
That’s the whole family
That remains

But my girl, she’s twenty-somethin’
And I swear the Virgin
In the churches
Doesn’t smile so beautifully
With such love as when she
Approaches

In Summer, the town falls asleep
There’s some sun that keeps
Shining on us
That is more than we demand
We stay there holding hands
And discuss

We share every silly musing
It does sounds like Kipling
Or so it seems
We watch the day falling slowly
We make love secretly
And we dream

My girl never puts on an act
I know it for a fact
That she’s sincere
She doesn’t pose for magasines
She works in warehouses
Near the piers


Ma môme, elle joue pas les starlettes
Elle met pas des lunettes
De soleil
Elle pose pas pour les magazines
Elle travaille en usine
À Créteil

Dans une banlieue surpeuplée
On habite un meublé
Elle et moi
La fenêtre n’a qu’un carreau
Qui donne sur l’entrepôt
Et les toits

On va pas à Saint-Paul-de-Vence
On passe toutes nos vacances
À Saint-Ouen
Comme famille on n’a qu’une marraine
Quelque part en Lorraine
Et c’est loin

Mais ma môme, elle a vingt-cinq berges
Et je crois bien que la Sainte Vierge
Des églises
N’a pas plus d’amour dans les yeux
Et ne sourit pas mieux
Quoi qu’on dise

L’été quand la ville s’ensommeille
Chez nous y a du soleil
Qui s’attarde
Je pose ma tête sur ses reins
Je prends doucement sa main
Et je la garde

On se dit toutes les choses qui nous viennent
C’est beau comme du Verlaine
On dirait
On regarde tomber le jour
Et puis on fait l’amour
En secret

Ma môme, elle joue pas les starlettes
Elle met pas des lunettes
De soleil
Elle pose pas pour les magazines
Elle travaille en usine
À Créteil

Not too early, not too late / Ni trop tôt, ni trop tard (J. Moreau)

Never mind the tyranny
The triumph of marionettes
Life sings a sweet litany
For Love is not over yet
My tender friend, in your arms
All of our playful alarms
Have won out over my gloom
The sinister bells of doom
Had been tolling hopeless charms
The sinister bells of doom
Won’t find echo in our room

Never mind your sarcasms
Your irony so quiet
Keep all your sad uniforms
For Love is not over yet
In your arms, your tender friend
Has learned to love life again
And to cherish destiny
For we were born together
Both in the right century
For we were born together
Not too late or too early

Never mind the cunning lies
The fake rhymes of nurseries
The Grim Reaper and its scythe
And death’s faded finery
In your arms, my friend so tender
We shall make life last longer
With our laughters and our sobs
Happiness as well as pain
Will bring tears in lover’s hearts
Happiness as well as pain,
But they won’t tear us apart

Never mind the time that’s flowing
And fleeing to who-knows-where
There’s the sweet present’s embrace
For Love is still in the air
My tender friend, did you know
One day dies down the echo
As foggy skies dissipate?
Let’s fade away together
No second between our fates
Let’s fade away together
Not too early, not too late.


Peu m’importe la tyrannie
Et le règne des soudards
Tant qu’ils nous laissent la vie
Tant qu’aimer n’est pas trop tard
Dans tes bras ma tendre amie
De nos corps les chatteries
Ont fait périr mon cafard
Le bourdon du désespoir
A pétri toute ma vie
Le bourdon du désespoir
Des angoisses les plus noires

Peu m’importent vos sarcasmes
Et vos hoquets goguenards
Uniformes du marasme
Tant qu’aimer n’est pas trop tard
Dans tes bras ta tendre amie
A repris goût à la vie
En bénissant les hasards
Qui nous firent naître ensemble
Et pas d’un siècle d’écart
Qui nous firent naître ensemble
Ni trop tôt et ni trop tard

Que m’importent les mensonges
Dont on broda nos berceaux
Et la faux le ver qui ronge
De la mort des oripeaux
Dans tes bras mon tendre ami
Nous ferons durer la vie
Et nos rires et nos pleurs
Le bonheur comme la peine
Fait pleurer les amoureux
Le bonheur comme la peine
Mais vaut mieux pleurer à deux

Que m’importe le temps qui passe
Et s’éloigne nulle part
Le doux présent nous enlace
Tant qu’aimer n’est pas trop tard
Sais-tu bien mon tendre ami
Qu’un jour se dissout la vie
Comme s’effacent les brouillards
Mieux vaut s’estomper ensemble
Sans une seconde d’écart
Mieux vaut s’estomper ensemble
Ni trop tôt et ni trop tard

The little morning / Le petit matin (R. Gary)

Right before the day is dawning
When the spider is still weaving
The black silken web of its flag
Here comes the whole inventory
Of our worldly gallery
The street woke up without a lag

We’ve been hoping for the Big Night,
Goodnight!
Its ours
To invent the little morning
Charming
Not the least spurious

Our revolution blossoms
And the friends coming from Lisbon
Have carnations on their lapels
From Prague arrive the primroses
Vacant lot of common causes
Others are holding hollyhocks

We’ve been hoping for the Big Night,
Goodnight!
Its ours
To invent the little morning
Charming
Not the least spurious

There is no soldier, no army
We hold kings heads as enemies
With no mean intention at all!
There are easy intifadas
Throwing pebbles at armadas
And some rules over market halls

We’ve been hoping for the Big Night,
Goodnight!
Its ours
To invent the little morning
Charming
Not the least spurious

Memories of old strategists
Are hovering over our lists
For us to begin all anew
And helped by these references
Let’s build barricades and fences,
Bastille Day on 5th avenue!

We are humans of various lores
We’re breaking walls and breaking doors
We do not have watchwords. Our shouts
And slogans are unique pieces
If there’s a point that one misses
They’ll still get their share of the loot

We’ve been hoping for the Big Night,
Goodnight!
Its ours
To invent the little morning
Charming
Not the least spurious

Under the cobblestones, the trend
Is again about finding sand
That’s not used for building castles
In honour of democracies
We sing the time of wild cherries
Let them be red as blood vessels

We’ve been hoping for the Big Night,
Goodnight!
Its ours
To invent the little morning
Charming
Not the least spurious

In the street there’s a bright day now
Hello!…


A l’heure où juste avant l’aurore
L’araignée de nuit tisse encore
La toile noire de son drapeau
Voilà que passe l’inventaire
De la galerie de la terre
La rue s’est réveillée très tôt

On a espéré le grand soir
Bonsoir!
À nous
D’inventer le petit matin
Mutin
Pas chagrin du tout

Notre révolution boutonne
Et ceux qui viennent de Lisbonne
Ont des œillets aux boutonnières
Y’a les primevères de Prague
Notre terrain d’entente est vague
Des poings serrent des roses trémières

On a espéré le grand soir
Bonsoir!
À nous
D’inventer le petit matin
Mutin
Pas chagrin du tout

Y’a pas de soldat, pas de troupe
Y’a des têtes de roi qu’on coupe
Sans aucune méchanceté
Y’a plein d’intifadas faciles
Des cailloux contre des fossiles
Des lois par-dessus le marché

On a espéré le grand soir
Bonsoir!
À nous
D’inventer le petit matin
Mutin
Pas chagrin du tout

Les souvenirs de vieux stratèges
Viennent hanter notre cortège
Y’a Proudhon, Jaurès, et Babeuf
Et c’est avec ces références
Que l’on fera de préférence
Mille sept cent quatre-vingt tout neuf

Nous sommes humains de toutes sortes
On casse des murs et des portes
Y’a pas de mot d’ordre, les cris
Les slogans, c’est des pièces uniques
Mais ça n’empêche qu’on revendique
Tout ce que l’autre aura aussi

On a espéré le grand soir, Bonsoir!
À nous
D’inventer le petit matin, mutin
Pas chagrin du tout

Sous les pavés, c’est formidable
Il y a de nouveau du sable
Dont on ne fait pas les châteaux
Comme tout se démocratise
On chante le temps des merises
Qui suffiraient sur nos gâteaux

On a espéré le grand soir,
Bonsoir!
À nous
D’inventer le petit matin,
Mutin
Pas chagrin du tout

Dans la rue, ça y est c’est grand jour
Bonjour!

The pure hearts / Les coeurs purs (J.R. Caussimon)

They have not yet befriended them
The lawyers, the notable ones
And they are not yet invited
For dinners in high society
They are not yet polite, mannered
As Father says he’s always been
They have not yet become dirtied
By the day-to-day little schemes

But they are told: « That will come soon »
And, of course, they don’t believe it
The pure hearts
The pure hearts

They have not yet become crafty
Or blasés from their vague Bohème
They have not yet become worn out
By little hours subway commutes
They have not yet been enlisted
Although they’re often activists
They have not thought of signing up
For unemployment or paid leave

But they are told: « That will come soon »
And, of course, they don’t believe it
The pure hearts
The pure hearts

They have not quite yet grown tired
From hearing their idols singing
They have not been too badly hurt
By the Time that all desolates
They’re singing folk songs on a bench
They are not ashamed of the street
They have not become losers yet
They have not become lost ones yet

But they are told: « That will come soon »
Within myself, I wish they’ll last
The pure hearts
The pure hearts


Ils ne sont pas encore amis
Des notaires et des notables
Ils ne sont pas encore admis
A dîner, le soir, à leur table
Ils ne sont pas encore polis
Comme Papa le fut toujours
Ils ne sont pas encore salis
Par les combines au jour le jour…

Mais on leur dit que ça viendra
Et, bien sûr, ils ne le croient pas
Les coeurs purs
Les coeurs purs…

Ils ne sont pas encore rusés
Ni blasés d’être un peu bohèmes
Ils ne sont pas encore usés
Par le métro des matins blêmes
Ils ne sont pas encore conscrits
Bien qu’ils soient souvent “engagés”
Ils ne sont pas encore inscrits
Ni au chômage, ni aux congés…

Mais on leur dit que ça viendra
Et, bien sûr, ils ne le croient pas
Les coeurs purs
Les coeurs purs…

Ils ne sont pas encore lassés
D’écouter chanter leur idole
Ils ne sont pas encore blessés
Par le Temps qui tant nous désole
Ils chantent des “songs” sur un banc
Ils n’ont pas honte de la rue
Ils ne sont pas encore perdants
Ils ne sont pas encore perdus…

Mais on leur dit que ça viendra
Moi, bien sûr, je souhaite tout bas
Que ça dure
Les coeurs purs…

Portrait of Aude / Portrait d’Aude (J.Bertin)

She would come home early to sit herself in her dream
She wasn’t seeing a lot of people – so many things to dream about
She would rarely go out, with a couple of childhood friends
After five years she was still unable to find her way in Paris

Time went on, she was now approaching her thirties
She had exhausted the wonderful field of dreams
She was dreaming less, not seeing a lot of people
She would rarely go out, was working long hours

When she fell asleep she had a half-drawn smile
I slowly left her body pressed against my own warmth
It was near the Place d’Italie, the ruins, the wind, the towers
From afar one could see in the night
Her window
Still lit up.


Elle rentrait tôt chez elle pour s’installer dans son rêve
Elle voyait peu de monde, elle avait tant de choses à rêver
Elle sortait rarement avec une ou deux amies d’enfance
Après cinq ans elle ne savait pas s’orienter dans Paris

Le temps passa, elle allait maintenant sur la trentaine
Elle avait épuisé le chant merveilleux du rêve
Elle rêvait moins, elle voyait peu de monde
Elle sortait rarement, elle faisait de longues journées

En s’endormant elle dessina un sourire
J’ai quitté doucement son corps dans ma chaleur collé
C’était du côté de la place d’Italie, des ruines, du vent, des chantiers
De loin on voyait dans la nuit sa fenêtre éclairée

My old friends from back then / Mes copains de ce temps (P. Delorme)

My old friends from back then, they sure were not artists
They sure were not poets, sure were not musicians
They worked as mechanics and played a cheap guitar
But sure were talented in the art of friendship!

People say « 20 is the age to eat the world! »
My friends and I must have had little appetite…
People say that the youth is hungry and biting
I guess our teeth must have had some bad cavities..

I won’t tell you their names, it’s of no importance
They had the same names as a whole bunch of people
Those that you see passing, everyday, at random
Those who make a living without eccentric dreams

My old friends from back then were a band of brothers
That life had mechanically spread over here.
Because life sometimes has questionable manners
Is it useful to say it over and over?

They would ring at my door every other Sunday
We would go on a walk in godforsaken spots
Or up to the boulevard, in case chance would be there
Along this boulevard we sure did wait a lot

My old friends from back then, these silent personas
Erased themselves slowly without leaving a blank
They dissolved, they vanished, they humbly disappeared
Feeling their way along towards a glimpse of light

My old friends from back then, I do think about them
Sometimes I stop around the corner of a street
I wonder where they are, whether they’ve been lucky
Then take my spot again amongst the unknown crowd


Mes copains de ce temps, c’était pas des artistes
C’était pas des poètes, pas des musiciens,
C’était des mécanos, de piètres guitaristes
Mais dans l’art d’être amis ils avaient du talent !

S’il est vrai qu’à vingt ans on veut bouffer le monde
Nous n’avions, eux et moi, pas très gros appétit !
S’il est vrai qu’à vingt ans certains ont les dents longues
Les nôtres étaient gâtées par de sacrées caries !

Je vous dis pas leur nom, ça n’a pas d’importance
Ils s’appelaient pareil qu’une foule de gens
Ceux-là qu’on voit passer au petit bonheur la chance
Qui vont gagner leur vie sans rêves extravagants

Mes copains de ce temps, c’était comme des frères
Que la vie machinale avait jetés par là
Car la vie a parfois a parfois de mauvaises manières
Faut-il encore le dire et en faire tout un plat

Ils sonnaient à ma porte au milieu du dimanche
On allait faire un tour dans ce quartier perdu
Ou bien jusqu’au boulevard pour voir passer la chance
Le long de ce boulevard qu’est-ce qu’on a attendu !

Mes copains de ce temps, silencieuses figures,
S’effacèrent lentement sans faire de trous dans l’air
Mais comme on se dissout humblement disparurent
A tâtons dans la nuit vers un peu de lumière

Mes copains de ce temps, bien sur j’y repense,
Je m’arrête un instant au hasard d’une rue
Me demande où ils sont, s’ils ont eu de la chance
Puis je reprends ma place dans la foule inconnue…