La loco / Freight train (Elizabeth Cotten)

La loco

Refrain :
Vieux train, vieux train qui va si vite
Vieux train, vieux train qui va si vite
Ne dites pas quel train j’ai pris
J’veux pas êtr’ suivi par ma vie

Quand j’s’rai mort et sous la terre
Sans faim sans joie sans colère
Pose une pierre pour le souvenir
Dis-leur que j’suis parti dormir

Refrain

Quand j’meurs je veux qu’on me mette
Sous le vieux chemin des Fêtes
Que j’entende passer la loco
Du Calais-Paris-Monaco

Refrain


Freight train

Chorus:
Freight train, freight train, run so fast
Freight train, freight train, run so fast
Please don’t tell what train I’m on
They won’t know what route I’m going

When I’m dead and in my grave
No more good times here I crave
Place the stones at my head and feet
And tell them all I’ve gone to sleep

Chorus

When I die, oh bury me deep
Right there on old Chestnut Street
So I can hear Old Number Nine
As she comes rolling by

Chorus

La balançoire / Tire swing (Kimya Dawson)

La balançoire

J’ai décroché ta photo sur le mur
J’suis sûr que t’as déjà trouvé quelqu’un
C’est pas qu’j’peux pas t’voir en peinture
Mais ça m’rend triste tous les matins

Parce que moi j’aime le coin du feu
Et que toi t’aimes jouer avec
Ça met des flammes dans tes cheveux
Mais ça laisse parfois tes yeux secs

Refrain :
Anna n’a jamais dit non à un cheval de bois
Et j’ai eu tout plein d’Antoines invités sous mon toit
Si t’as aimé les chansons que j’vous ai envoyées
Je ne vois plus d’objection à nous tutoyer

J’ai rêvé que je devais aller à Madison
Pour chercher un galet avant que minuit sonne
J’rate ma sortie je m’essore sur le bord de Loire
Où Jacques Bertin bâtit sa balançoire

M’donne de l’élan et s’est mis à chanter
En m’envolant j’ai suivi sa portée
Le son de nos voix vite a su mettre au passé
Les temps qui nous avaient blessés

Refrain

Là t’es descendue en ville pour à peine 24 heures
C’est un peu court pour faire pousser des fleurs
Tu enlèves ton débardeur moi je remets ta photo
On écrira une chanson sur le quai du métro

Avant qu’tu r’partes encore une fois
Y a ta main sur l’volant ton sourire dans le rétro
Si pour le reste de mes nuits il fait froid
J’ai l’empreinte de tes bras je m’en soucie pas trop

Refrain


Tire Swing

I took the Polaroid down in my room
I’m pretty sure you have a new girlfriend
It’s not as if I don’t like you
It just makes me sad whenever I see it

‘Cause I like to be gone most of the time
And you like to be home most of the time
If I stay in one place I lose my mind
I’m a pretty impossible lady to be with

Chorus:
Joey never met a bike that he didn’t wanna ride
And I never met a Toby that I didn’t like
Scotty liked all of the books that I recommended
Even if he didn’t I wouldn’t be offended

I had a dream that I had to drive to Madison
To deliver a painting for some silly reason
I took a wrong turn and ended up in Michigan
Paul Baribeau took me to the giant tire swing

Gave me a push and he started singing
I sang along while I was swinging
The sound of our voices made us forget everything
That had ever hurt our feelings

Chorus

Now I’m home for less than twenty-four hours
That’s hardly time to take a shower
Hug my family and take your picture off the wall
Check my email write a song and make a few phone calls

Before it’s time to leave again
I’ve got one hand on the steering wheel
One waving out the window
If I’m a spinster for the rest of my life
My arms will keep me warm on cold and lonely nights

Chorus

Un point pour ma chute / No place to fall (Townes Van Zandt)

Un point pour ma chute

Si j’étais sans coin et sans but
Sans aucun après
Est-ce que tu ferais
Un point pour ma chute ?

Jamais j’te racont’rai d’histoires
Ou seulement tard le soir
T’as d’beaux yeux, tu sais ?
Fais-moi valser…

J’vaux pas grand chose comme amant c’est vrai,
J’suis là, j’suis ailleurs et j’tire jamais un trait
Mais j’aime te voir de près

Des nuages chargés d’or et d’argent
Veulent tout obscurcir
Mais sans réussir
Plus qu’un moment

Et si on s’aide à voir d’en bas
La lumière du jour
Qui sourie sur nous
C’est qu’on s’trompe pas

Le temps, c’est un vieux ch’val vapeur
Demain il s’en va fumant si on prend peur
Prends-moi plutôt la main

Si j’étais sans coin et sans but
Sans aucun après
Est-ce que tu ferais
Un point pour ma chute ?


No place to fall

If I had no place to fall
And I needed to
Could I count on you
To lay me down?

I’d never tell you no lies
I don’t believe it’s wise
You got pretty eyes
Won’t you spin me ’round

I ain’t much of a lover it’s true
I’m here then I’m gone, and I’m forever blue
But I’m sure wanting you

Skies full of silver and gold
Try to hide the sun
But it can’t be done
Least not for long

And if we help each other grow
While the light of day
Smiles down our way
Then we can’t go wrong

Time, she’s a fast old train
She’s here then she’s gone, and she won’t come again
Won’t you take my hand

If I had no place to fall
And I needed to
Could I count on you
To lay me down?

Ce soir ça ira / Tonight will be fine (L. Cohen)

Ce soir ça ira

Parfois je me surprends en train de penser au passé
On s’était alors juré de jamais se lasser
T’as tenu promesse, la mienne s’est effacée
Là je suis trop p’tit, ton amour m’a dépassé

Mais je sais par tes yeux
Je sais par ton sourire
Que ce soir, ça ira, ça ira, ça ira
Pour une fois

Je prends les chambres où je vis avec soin
Juste un carreau au mur et une chaise dans un coin
Il n’y a qu’un seul lit et qu’un seul mot saint
Je guette toute la nuit ton pas dans le lointain

Et je sais par tes yeux
Je sais par ton sourire
Que ce soir, ça ira, ça ira, ça ira
Pour une fois

Parfois je la vois qui se dévêt pour moi
C’est la femme douce et nue qu’Amour voulut qu’elle soit
Quand elle conduit son corps sans peur et sans loi
Je recompte mes souvenirs sur le bout de mes doigts

Et je sais par ses yeux
Je sais par son sourire
Que ce soir, ça ira, ça ira, ça ira
Pour une fois


Tonight will be fine

Sometimes I find I get to thinking of the past.
We swore to each other then that our love would surely last.
You kept right on loving, I went on a fast,
Now I am too thin and your love is too vast.

But I know from your eyes
And I know from your smile
That tonight will be fine,
Will be fine, will be fine, will be fine
For a while.

I choose the rooms that I live in with care,
The windows are small and the walls almost bare,
There’s only one bed and there’s only one prayer;
I listen all night for your step on the stair.

But I know from your eyes
And I know from your smile
That tonight will be fine,
Will be fine, will be fine, will be fine
For a while.

Sometimes I see her undressing for me,
She’s the soft naked lady love meant her to be
And she’s moving her body so brave and so free.
If I’ve got to remember that’s a fine memory.

And I know from her eyes
And I know from her smile
That tonight will be fine,
Will be fine, will be fine, will be fine
For a while.

Planer sur la plage / High by the beach (L. del Rey)

Planer sur la plage

Mec regarde toi me regarder
Je sais qu’tu sais c’que ça fait
C’est dur de t’aimer dur d’être ici
C’toi qui conduis
On me prend mais toujours en défaut
J’ai plus envie
Sans vrai ni faux
Je vais pas tenir en vie

Moi tout c’que je veux c’est planer sur la plage
Planer sur la plage planer
(Bis)
En vrai j’ai jamais cru à toutes tes conneries
lorsque tu prétendais m’admirer
car j’savais que
Moi tout c’que j’voulais c’était planer sur la plage
Planer déso-pas-désolé

Mec regarde toi me regarder
T’as l’air paumé comme un môme
Vrai t’es un sacré bel enfoiré
Mais ça fait pas d’toi un homme
Là t’es juste un problème à régler
Tu glisses et tu pèses des tonnes
Trop d’sable entassé
Je sais plus faire la somme

Au refrain

Lumières moteur et action
J’le f’rai à ma façon
Pas b’soin d’ton pognon pognon
Pour m’acheter une passion
(Bis)

Au refrain


High by the beach

Boy look at you looking at me
I know you know how I feel
Loving you is hard, being here is harder
You take the wheel
I don’t wanna do this anymore, it’s so surreal
I can’t survive if this is all that’s real

All I wanna do is get high by the beach
Get high by the beach get high
All I wanna do is get by by the beach
Get by baby, baby, bye bye
The truth is I never bought into your bullshit
When you would pay tribute to me
‘Cause I know that
All I wanted to do was get high by the beach
Get high baby, baby, bye bye

Boy look at you looking at me
I know you don’t understand
You could be a bad motherfucker
But that don’t make you a man
Now you’re just another one of my problems
Because you got out of hand
We won’t survive we’re sinking into the sand

Chorus

Lights, camera, acción
I’ll do it on my own
Don’t need your money, money
To get me what I want
(bis)

Chorus

Je le prendrai avec moi en partant / Take it with me (T. Waits)

Je le prendrai avec moi en partant

J’ai refermé la grille
Personne sait où nous sommes
J’en ai pas bu d’puis tellement longtemps
L’océan est bleu, aussi bleu que tes yeux
Je le prendrai avec moi en partant

Ce vieil air d’antan
Ça va chercher loin
Notre chambre près de Notre-Dame
Les vraies bonnes choses n’ont pas de fin
Je le prendrai avec moi en partant

Au loin là-bas, la sirène d’un train
J’me fous d’où tu vas
J’me fous d’où tu viens
Tu m’dis adieu au bout d’la journée
T’es en route t’es ailleurs
Et t’es déjà loin

Toujours pour toi
Pour toujours à toi
C’était tout à fait comme avant
Le soir tombe sur la terre promise
Je le prendrai avec moi en partant

Tout abîmé
Sur le bord de la route
Jamais été plus seul ou vivant
J’ai usé tout mon jeu de cartes
Je le prendrai avec moi en partant

Des inconnus chantent sur notre jardin
Des enfants jouent au bout d’la journée
C’est pas seulement la chair et les os
Tout ce que t’as c’est tout c’que t’es aimé

Dans un pays, y a une ville
Et dans cette ville, une maison
Et dans cette maison il y a une femme
Et dans cette femme, il y a un cœur que j’aime
Je le prendrai avec moi en partant


Take it with me

The phone’s off the hook,
No one knows where we are
It’s a long time since I drank champagne
The ocean’s blue, as blue as your eyes
I’m gonna take it with me when I go

Old long since gone,
Now way back when
We lived in Coney Island
There ain’t no good thing ever dies
I’m gonna take it with me when I go

Far, far away a train whistle blows
Wherever you’re goin’,
Wherever you’ve been
Waving goodbye at the end of the day
You’re up and you’re over,
And you’re far away

Always for you, and forever yours
It felt just like the old days
We fell asleep on Beaula’s porch
I’m gonna take it with me when I go

All broken down by the side of the road
I’s never more alive or alone
I’ve worn the faces off all the cards
I’m gonna take it with me when I go

The children are playing at the end of the day
Strangers are singing on our lawn
It’s got to be more than flesh and bone
All that you’ve loved is all you own

In a land there’s a town, and in that town there’s a house
And in that house there’s a woman
And in that woman there’s a heart I love
I’m gonna take it with me when I go

Interprétation par Tom Waits himself

Vivre sans histoires / Angel from Montgomery (J. Prine)

Vivre sans histoires

Me voilà une vieille femme
Adossée à sa banlieue
Mon homme lui est un de ces
Gamins dev’nus vieux

Si les rêves faisaient tonner
Les éclairs et les désirs
Tout ici s’rait à r’construire
Depuis des années

Refrain:
Fais-moi une arche

Dans le ciel d’Aubervilliers
Dessine-moi un mouton
Sur le sable noir
Donne-moi juste un mot
À ne pas oublier
C’est pas vivre sa vie
Que vivre sans histoires

Quand j’étais jeune un gars
M’a bien offert des roses
C’était p’tet pas l’plus beau mais
I’ cherchait quequ’ chose

Mais c’était y a longtemps à
Quoi bon ressasser le
Temps coule à r’culons
Comme une écluse cassée

Refrain

Y a des mouches dans l’salon
J’les entends bourdonner
Moi j’ai tourné en rond
Rien fait d’la matinée

Comment peut-on partir
Bosser tous les matins
Revenir tous les soirs
En n’ayant rien à dire

Refrain


Angel from Montgomery

I am an old woman
Named after my mother
My old man is another
Child that’s grown old

If dreams were lightning
Thunder was desire
This old house would have burnt down
A long time ago

Chorus:
Make me an angel
That flies from Montgom’ry
Make me a poster
Of an old rodeo
Just give me one thing
That I can hold on to
To believe in this living
Is just a hard way to go

When I was a young girl
I had me a cowboy
He weren’t much to look at
Just a free rambling man

But that was a long time
And no matter how I try
The years just flow by
Like a broken down dam.

Chorus

There’s flies in the kitchen
I can hear ’em there buzzing
And I ain’t done nothing
Since I woke up today.

How the hell can a person
Go to work in the morning
And come home in the evening
And have nothing to say.

Chorus

Interprétation par Bonnie Raitt

Chalonnes home-coming / Retour à Chalonnes (J. Bertin)

All the villages stood along like stranded pearls
On the soft river at my throat so perfectly
I can tell that this is my place, all calls me back
The ground slowly sinking down in one’s heart, truly,
Here truly, the old sentiments, they bring me back,
Blossoming trees, daisy crowns, linens on the line,
Garland laid upon bas-reliefs adrift from time
Here finally is my place and forevermore

Even
If I’m searching for you here
Just as infinitely
There’s something here loving me
Offering peace

I knew I had to travel far away to learn
The geometry of these roads etched in my palm
Absolve some horizons also, and let them go,
Bury names deep into the ground, clouds far away
Open to new lies and a cozy place to hang
Watch through the window many houses marching by
Without forgetting a thing. Here I think I hear
The welling up of groundwater carrying songs.

And even
If I’m searching for you here
Just as infinitely
There’s something here loving me
Offering peace

The very slow work of sand of these words torments
My table, the river; this mirror for drowned souls.
We’re alone, here it’s you and me, my patient wound.
It’s here that the side-stitch finally wants to bleed.
Then this wisp blowing on the hills, on your temple,
This wisp as if a golden hair in summer nights,
Then the twilight in which you come through white grass-blades
And sit down, then, as if the nightfall were your hip,
As if you were about to come..
All that’s swaying..
Then, if you would come,
Holding a lantern,
And if you loved me…
how slowly
Begins,
here,
the dreamed life.


Tous les villages disposés comme des perles
Sur la Loire douce à mon cou parfaitement
Je sens bien qu’ici est mon lieu, tout me rappelle
Affaissement de terrain dans le cœur vraiment
Vraiment ici, sentiments vieux, tout me ramène,
Arbres en fleurs, tête fleurie, linge séchant,
Guirlandes sur le bas-relief disjoint du temps,
Ici enfin est mon lieu et désormais même

Même
Si je te cherche ici, même
Aussi infiniment,
Quelque chose ici m’aime
Et me déprend

Je sais bien qu’il fallait partir loin pour comprendre
La géométrie de ces routes dans ma main
Absoudre aussi les horizons, faire des cendres,
Enfouir des noms dans le sol des nuages loin
Courir le mensonge et aller se faire pendre
Voir dans la vitre défiler trop de maisons
Et ne rien oublier. Ici je crois entendre
Sourdre la nappe phréatique des chansons

Et même
Si je te cherche ici, même
Aussi infiniment
Quelque chose ici m’aime
Et me déprend.

Le très lent travail de sable des mots tourmente
Ma table, ce fleuve, ce miroir des noyés
Je suis seul, c’est ici ma blessure patiente
C’est ici que le point au côté veut saigner
Puis ce souffle sur le coteau, ou sur ta tempe
Ce souffle comme un cheveu d’or les soirs d’été
Puis le crépuscule où tu viens dans l’herbe blanche
T’asseoir, puis comme si la nuit était ta hanche
Comme si tu allais venir
Tout ce qui penche
Puis si tu venais
Portant une lampe
Puis si tu m’aimais
Comme lente
Commence
Ici
la vie rêvée

 

Hannah / Mélo (J. Debronckart)

Hannah, Hannah, life is Hannah-dventure,
Just a lark, let’s make some coffee – dark!
Oh Annie, with your destiny,
Go see Fellini, you’re ready to embark.
With yours, Yuri, you’re in trouble
But let’s have a drink and don’t burst your bubble,
With your bad times we’ll make bad rhymes
Let’s hear nickels and dimes’ sweet chime

Darling, darling, we’re all listening
But down, up, right, left, look your children have left
After some wrong turns, they’ll return
And untie their laces with tears on their faces
« If I had known!… » If you had known, you’d done just the same
That’s the name of the game.
But don’t break your heart, it’s a crime,
It could be useful anytime.

All hail, Harry, that’s wizardry
Can you give us smooth skins and make bodies lean?
Heron, Herring, our clock’s turning,
Coming up for air with a lot of grey hair
Poor hero, you Earl of Sandwich,
Still at the table where you didn’t get rich!
Alas, Alas, bad luck will pass
Three kings, two aces, do the math.

Hannah, Hannah, this life’s melodrama
Is silly – let’s not take it too seriously,
Idols, adored, bastards, abhorred,
Luckily we’re both, we’re two pieces of cloth
Hannah, Hannah, water’s boiling!
Your coffee’s coming, it’s five in the morning
Being entangled helps to mend,
And Hosannah for happy ends!


Mélo, Mélo, la vie est un
Mélo sur le feu, fais-nous du café fort
Méli, Méli, avec ta vie
Va voir Fellini, tiens, voilà ton passeport
Avec la tienne, la tienne Étienne
Pleure pas dans ton verre, on écrira des vers
Avec tes maux on f’ra des mots
Tu riras de ta jambe de bois

Ma loute, ma loute, tout le monde t’écoute
Prends-en ton parti tes enfants sont partis
Ils reviendront à leur saison
À leur tour en pleurs te diront leurs malheurs
« Si j’avais su !…» Si t’avais su, t’aurais fait pareil,
Nous casse pas les oreilles !
Et puis, ma soeur, casse pas ton coeur,
Il peut resservir à toute heure

Merlot, Merlin, change l’eau en vin
Change en velouté nos vieilles peaux ridées
Merli, Merlan, poil gris, poil blanc
Rends-nous vieux brigand nos tignasses de vingt ans
Melba, Melba toujours la pêche !
70 carats et toujours sur la brèche
Mélasse, Mélasse, la poisse ça passe
Tout finit par un carré d’as

Mélo, Mélo, la vie est un mélo
Ne la prenons pas trop au sérieux
Héros, bénis, salauds, punis,
On est l’un et l’autre et c’est cent fois tant mieux
Mélo, mélo, l’eau bout, l’eau bout !
Ça vient ton café, il est cinq heures sonnées
On s’est mêlé jusqu’au matin
Tous les mélos finissent bien !


(Impossible de trouver un enregistrement non corrompu de cette chanson sur internet. En voilà une version.)

Blue / Bleu (A. Sylvestre)

They are of a single color
Blue
It is not the blue of heaven
But they could be
Be mistaken for some angels,
A little disgraced and fallen,
Because of their very strange look
Ringed in blue.
Very peculiar is their tenderness
And if
You fall for it, they will leave you
Covered in bruises
They are burning all silently,
Or sometimes they laugh about it,
They are very open to mock
Their own passions.

But when it really swirls too fast
When it’s too much to be 15
To not be waiting for someone
To love strongly oh, but in vain
Oh, but in vain
They draw on themselves with blue ink
A few tears as
A joke

La la lala

They are of a precise color
That blue
Many others disguise themselves
But they do not
They mistreat it and they fade it,
They wear it beyond season trends
Despising fashion and knowing
That they are right.
They are of the color of waves,
Or better
Of these cornflowers which flourish
On the blue paths
Amid the fields too well-behaved
Forgotten by the weed-killer
They are the fierce wild shoot braving
The bad weather

But when it is shaking too strong
When it’s too much to be 13
And knocking one’s heart on the cage
When growing up takes too much time
Way too much time
They draw on themselves with blue ink
A few tears as
A joke

La la lala

If Love already runs to seed
In them
It is a rampart against hate
Against fire
When I see them, I always hope
They will not be crushed by the mill
And hope that their seeds in the soil
Will tomorrow
Will make a world as big as them
Where blue
And red and green, without a crack,
Will live in joy
And even if sometimes they doubt,
Their heart too heavy to carry,
I say, seeing them on their way
Having the blue:

« Do not turn down your tenderness
‘Cause someday it will keep you warm
It is for Love that time is pressing
Even if it’s a bit too early
A bit too early
Or if some tears fall on the blue
Some tears,
A few.

La la lala

A few. »


Ils sont d’une couleur unique
Le bleu,
Ce n’est pas le bleu angélique
Mais pour un peu
On les prendrait bien pour des anges
Un peu déchus, un peu tombés
Tant ils ont le regard étrange
De bleu cerné
Bien curieuse est leur tendresse
Pour peu
Qu’on s’y abandonne, ils vous laissent
Couverts de bleus
Ils brûlent en ne voulant le dire
Ou seulement par dérision
Ils sont les premiers à sourire
De leurs passions
Mais quand trop fort ça tourbillonne
Quand c’en est trop d’avoir quinze ans
Trop dur de n’attendre personne
D’aimer si fort, sans rien dedans
Sans rien dedans
Ils se dessinent à l’encre bleue
Des larmes
Par jeu

Ils sont d’une couleur précise
Ce bleu
Par quoi tant d’autres se déguisent
Oui, mais pas eux
Ils le malmènent, ils le délavent
Le portent au-delà des saisons
En piétinant la mode, ils savent
Qu’ils ont raison
Ils sont de la couleur des vagues
Ou mieux
De ces bleuets qui se divaguent
Au chemin bleu
Au milieu des champs bien trop sages
Oubliés par le désherbant
Ils sont cette traînée sauvage
Bravant le temps
Mais quand trop fort ça déménage
Quand c’en est trop d’avoir treize ans
De cogner son cœur à la cage
Et quand grandir met trop de temps
Trop de temps
Ils se dessinent à l’encre bleue
Des larmes
Par jeu

La la la la

Si l’amour déjà monte en graine
Chez eux
C’est un rempart contre la haine
Contre le feu
En les voyant toujours j’espère
Qu’ils n’iront pas jusqu’au moulin
Et que leurs graines dans la terre
Feront demain,
Feront un monde à leur mesure
Où bleu
Et rouge et vert et sans fêlure
Vivront heureux
Et même si parfois ils doutent
Si leur cœur est trop lourd pour eux
Je leur dis, voyant sur la route
Qu’ils ont le bleu

Ne boudez pas votre tendresse
Il se peut qu’elle vous tienne chaud
C’est pour aimer que le temps presse
Même si c’est un peu trop tôt
Un peu trop tôt
Même si tombent sur le bleu
Des larmes
C’est peu

La la la la

C’est peu